Crédits photos : Olivier Houeix
Crédits photos : Olivier Houeix
Crédits photos : Olivier Houeix
Crédits photos : Olivier Houeix
Crédits photos : Olivier Houeix

Danse

Grande salle

La Pastorale

Jeudi 17 décembre 2020

20h30

Spectacle en pré-réservation uniquement. Contactez la billetterie au 01 55 62 60 35 pour effectuer votre pré-réservation.

Sur des musiques de Beethoven, Thierry Malandain et ses vingt-deux danseurs exaltent la puissance et la sensualité de la danse.

Née d’une invitation de l’Opéra de Bonn, ville natale de Ludwig van Beethoven, à l’occasion du 250e anniversaire de sa naissance, La Pastorale est la troisième rencontre entre Thierry Malandain et le compositeur. La musique est pour le chorégraphe une source infinie d’inspiration et le socle de ses créations. Dans ce ballet, il associe la 6e Symphonie, la Cantate op. 112 et quelques motifs des Ruines d'Athènes de Beethoven. En mêlant un certain classicisme à des trouvailles plus contemporaines, il rejoint le compositeur allemand qui conciliait, lui aussi, tradition et nouveauté. Les danseurs du Malandain Ballet Biarritz, que le Théâtre des Sablons a eu la chance d’accueillir en 2019 pour Marie-Antoinette, dévoilent avec grâce la quiétude de la vie bucolique. Sans aucun artifice, ils invitent au bonheur des corps et à leur virtuosité. A travers des références à l’Antiquité, ce ballet lumineux évoque le naturel de l’homme avec une grande sophistication. Un hommage sublime pour un moment hors du temps.

Chorégraphie Thierry Malandain
Musique Ludwig von Beethoven
Ballet pour 22 danseurs du Malandain Ballet Biarritz

Coproduction : Chaillot Théâtre national de la Danse, Beethoven Jubiläums Gesellschaft, Norddeutsche Konzertdirektion Melsine Grevesmühl GmbH, Theater Bonn, Le Parvis scène nationale Tarbes Pyrénées, Opéra de Reims, Ballet T, Donostia Kultura - Victoria Eugenia Antzokia de Donostia / San Sebastián, CCN Malandain Ballet Biarritz

Durée 1h15

Spectacle en pré-réservation

Tarif B - Paiement dès le jeudi 26 novembre

La presse en parle

Un très beau ballet qui juxtapose des moments lyriques et d’autres beaucoup plus intimistes.

Le Figaro

Décembre 2019

La chorégraphie du spectacle se veut pur esthétisme. Thierry Malandain élabore une danse exigeante, sobre et atemporelle, à mi-chemin entre classique et contemporain, dont l’objectif est d’atteindre le Beau.

Paris Art

Décembre 2019