Crédits photos : Victor Tonelli
Crédits photos : Victor Tonelli

Théâtre

Grande salle

Je ne suis pas Michel Bouquet

Samedi 21 novembre 2020

17h

Samedi 21 mars 2020

20h30

Maxime d’Aboville se glisse dans la peau d’une légende du théâtre, Michel Bouquet, pour nous parler d’un comédien, d’un métier, mais surtout de la liberté d’être singulier.

Au début des années 2000, alors encore étudiant en droit, Maxime d’Aboville découvre Michel Bouquet. Il se prend de passion pour ce comédien d’une grande humanité et d’une profonde gentillesse. D’Albert Camus à Jean Vilar en passant par Jean Anouilh, Michel Bouquet côtoie les plus grands. De quoi susciter chez le jeune Maxime d’Aboville une admiration sans faille. Il entame alors la lecture d’entretiens entre Michel Bouquet et Charles Berling en apprenant par cœur certains passages ; il sait qu’il les adaptera un jour sur scène. C’est chose faite avec ce spectacle qui interroge le rôle de l’individu dans une société, plus encore que le métier de comédien. Dans ce plaidoyer pour la liberté, Maxime d’Aboville, en le citant, rend hommage à Michel Bouquet et, s’appropriant ses mots, réalise la leçon de son maître : ne plus être Maxime d’Aboville. Tel est le paradoxe du comédien !

De Michel Bouquet
D'après "Les Joueurs, entretiens avec Charles Berling"
Mise en scène Damien Bricoteaux
Avec Maxime d'Adoville

Production : Théâtre de Poche-Montparnasse

Durée 1h05

Tarif D

La presse en parle

Maxime d'Aboville captive. Il fait apparaître, au-delà de la légende vivante, l'image d'un artiste que ses doutes, ses timidités, ses maladresses et sa lucidité humanisent. C'est un Bouquet sincère, désarmant, parfois colérique, souvent désopilant, qui se confie.

Télérama

Octobre 2019

Maxime d'Aboville ne joue pas à Michel Bouquet, ne le copie pas, mais réussit à se glisser dans la peau du bonhomme, qui lui-même passa son temps à tenter de devenir chacun des rôles qu'il a interprétés. Une brillante prestation. Une leçon de théâtre, une leçon de vie.

L'Humanité

Septembre 2019